Collaborations

Joannie Lanctôt-Paquette - Fondatrice - Créatrice - Propriétaire

 

Je suis Joannie, la maman de Ryan, Maélys et Adalyne. @mamanlanctot 
Je suis la femme derrière @pas.sidifferent.
Mon fils, Ryan, a reçu un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme. Depuis, je une maman différente. 
J’ai toujours eu énormément d’empathie envers les gens ainsi qu’un énorme besoin de faire avancer les choses. Étant une femme d’une grande détermination, j’aimerais que le projet de Pas si différent devienne grand. Mes intentions sont basées sur l’accumulation sans fin de choses que moi, mes amis et plusieurs inconnus avons vécues. Pour moi, la différence de normes est très vaste, on peut parler d’autisme, de trisomie, d’homosexualité, de dépression, etc. pour que tout le monde comprenne qu’on n’est tous pas si différents les uns des autres, il importe de ne pas avoir peur de dire haut et fort qu’on est différent.
Je suis tannée des jugements en public, des commentaires sur le physique de personnes jugées «différentes » de la norme. 
Je suis tannée des commentaires sur le développement jugé « normal » selon l’âge.
Je suis tannée des normes physiques qui n’attribuent la beauté qu’à ceux qui entrent dans le moule déterminé par la société.
Je suis tannée des regards sur les gens qui agissent de manière « bizarre ».
Je suis tannée de me sentir obligée d’expliquer que mon garçon est autiste parce qu’il ne réagit pas comme les autres, parce qu’il ne mange pas comme les autres et parce qu’il n’a pas le même développement que les autres. 
Je suis tannée de devoir catégoriser voir étiquetter mon garçon pour satisfaire un jugement.
Voilà pourquoi @pas.sidifferent a été créé, le début d’un mouvement #mouvementpassidifferent.
Si vous voulez en savoir davantage, cliquez sur la bulle dans mes highlights instagram « Pourquoi? ». @mamanlanctot

 

Samia B. Anglehart - Artiste
Coucou! 
Je suis une maman de deux petits coquins, Zack et Jasmine. Ils sont d’ailleurs mon plus grand accomplissement à vie. 
Mes différence à moi se situent au niveaux des problèmes mentaux. Je suis une personne sujette à la paranoïa, l’anxiété, problème au niveau de la gestion d’émotions et de la dépression. 
Toute ma vie, j’ai dû apprendre à défaire certain conditionnement, à défaire des comportements naturelle chez moi qui étaient toxique envers moi et mon entourage.
Je suis suivi par une psychologue depuis maintenant 2 ans, et je prend de la médication depuis plusieurs années, et je ne peux vivre sans. 
Vivre avec un cerveau différent, c’est de devoir s’ajuster. De devoir constamment se parler. De se sentir exclus, c’est d’avoir de la difficulté à « connecter » avec les autres que l’on considère « normale » et que la société nous inculque encore mais de moins en moins que « normale » c’est mieux. Une grosse partie de mes dépression venait de cette culpabilité d’être un fardeau. Cette culpabilité de ne pas être comme les autres. 
Aujourd’hui j’ai appris à m’aimer comme je suis. J’ai appris que mes enfants auront toujours une mère prête à travailler sur elle même pour être meilleur. J’apprend encore à vivre avec ça mais je ne peux qu’être fière de la personne que je deviens et surtout du chemin que j’ai parcouru pour le devenir. 
Parce que étant différente, je le sais moi, que ce chemin était long et difficile, mais au fond, c’est bien vrai que tout ça m’a rendue plus forte. Alors c’est moi, Samia, artiste, maman, conjointe. Je suis plein de chose mais au fond je suis comme vous, une personne cherchant à être heureuse.️ Je suis fière de pouvoir participer au projet de Joannie en faisant ce que j’aime le plus, l’art. D’autant plus que cette cause me touche profondément,️ Merci à ceux qui ont lu ce récit❤
Samia
@samiaartistcreation
@samiaaa0987 
Samiaartistcreations.store 

Marilee Saint-Pierre - Photographe
Marilee Saint-Pierre - Photographe
Il y a quelques mois, j’ai décidé de me joindre à la compagnie pas.sidifferent parce que cette cause me tient à cœur. très jeune, j’ai su apprendre que la différence, c’était beau. aussi banal que ça peut paraître, ma rousseur m’a beaucoup apprise sur la vie. petite, j’en n’ai mangé des coups. j’étais rousse. carotte. orange. j’étais différente des autres. une fois que l’on accepte nos différences en comprenant que nous sommes tous différents, que ce soit par certains attraits physiques, un certain syndrome... peu importe. c’est nous, en tant qu’être humain. c’est ce qui nous rend si spécial. c’est dommage que plusieurs d’entre-nous ne comprennent pas ça. par manque de maturité ou d’ouverture d’esprit, ils se sentent obligés de juger les différences, dans l’espoir de se remonter ou de se comparer. je ne serais possiblement pas la même si je n’avais pas été rousse, c’est bien vrai. maintenant, je peux dire que je me trouve belle différente. j’ai être moi, telle que je suis. un de mes souhait serait que j’arrive à passer le mot à mes enfants. si seulement tous ensembles pour pourrions faire avancer la société et dénoncer qu’en réalité, nous ne sommes pas.sidifferent
Pour visionner le résultat du créatif: 
Marie-Kim Lefebvre
Correction et adaptation des textes.